Visiter Prague en hiver

Saviez-vous que Prague est surnommée la ville aux mille tours et mille clochers? Elle doit ce surnom à son centre historique riche en bâtiments remarquables qui lui donnent un aspect enchantée de ville de conte de fée.

De plus, dans l’atmosphère hivernale, ses rues prennent une ambiance particulière et poétique. Les nombreux trésors qui parsèment son cœur affichent des allures majestueuses dans la lumière dorée de ces courtes journées. Et avec un peu de chance, la neige viendra embellir encore un peu plus ce décor magnifique.

Prague a la réputation d’être une des plus belle ville au monde, et je dois dire qu’elle s’est présentée à moi à la hauteur de sa réputation.

Voici donc mes conseils de visites, pour organiser au mieux votre séjour dans la capitale Tchèque.

 

Vue de Prague en hiver

 

Profiter des ambiances de la ville

Le centre historique de Prague est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La vieille ville a miraculeusement échappé aux destruction lors de la seconde guerre mondiale, et le passage du pays dans le bloc soviétique l’a préservé des grattes-ciels, pour le plus grand bonheurs des visiteurs.

Du coup, c’est parti pour une promenade hors du temps… et pourquoi ne pas commencer votre balade par l’avenue Venceslas ?

Saint-Venceslas est le saint-patron de la république Tchèque, et sa statue orne, entre autre, le haut de l’avenue à son nom. Avenue qui est un point important de la ville.

Souvent comparée aux champs Elysées, l’avenue Venceslas est bordées de nombreux palais et bâtiments d’architecture remarquable. Mais cette promenade n’est pas que belle, elle est aussi un symbole fort pour le pays. Lorsque la République Tchèque faisait partie du bloc soviétique, cette place fut le lieu de nombreuses manifestations anti-communistes lors de la révolution de velours qui mena le parti communiste tchécoslovaque à sa fin.

Les deux grosses artères qui arrivent à son sommet ont d’ailleurs été construites afin de pouvoir faire arriver les chars de l’armée sur place rapidement en cas de débordement populaire.

 

Avenue Venceslas

 

Bougies au pied de la statue de Saint-Venceslas
Statue de Saint-Venceslas en haut de son avenue

 

Avenue Venceslas

 

En descendant l’avenue, vous arriverez dans un des plus vieux quartiers de la ville: Staré Město. À partir d’ici, des petites rues s’enchainent. N’hésitez pas à vous perdre, certaines cachant de véritables petits trésors et placette cachées… Si vous visitez Prague durant les fêtes de fin d’année, vous trouverez aussi de nombreux petits marchés de noël disséminés un peu partout.

L’occasion peut-être de gouter un trdelnik ? (un point bonus pour celui qui arrive à le prononcer celui là)

Les trdelnik sont des pâtisseries emblématiques de la région. Il s’agit de rouleaux de pâtes cuits au feu de bois souvent aromatisés à la cannelle. On en trouve sous toutes les formes : simples, fourrés à la crème fraiche, à la glace en été,…

Personnellement je n’ai pas été emballée, mais vu l’engouement autour de ces friandises, je vous conseille d’au moins goûter une fois. Ça reste une spécialité emblématique de la région !

Sur les marchés on trouve la version traditionnelle, pour les alternatives plus originales, rendez vous dans une des nombreuses boutiques spécialisées qui jalonnent les rues autour de la place de la vieille ville.

 

Au détour d'une ruelle...

 

trdelniks sur un marché de noel
trdelniks sur un marché de noel

 

Au détour d'une ruelle...
Au détour d'une ruelle...

 

 

La vieille ville

Comme son nom l’indique, la vieille ville (Staré Město) est une des parties les plus ancienne de la ville. Dans ce quartier se cumulent de nombreux bâtiments d’exceptions, entourés de constructions toutes aussi jolies, dans un joyeux mélange de styles architecturaux. On passe du baroque au gothique, à l’Art nouveau… et c’est superbe !

Le Klementinum

Je vous conseille de vous diriger vers le Klementinum pour commencer votre visite. Simplement pour acheter votre entrée pour pouvoir le visiter. J’ai joué malchance lors de ma visite de la ville je suis arrivée la veille de début de travaux de restauration dans la bibliothèque. Les visites de la journée étaient toutes complètes, et je dois dire que c’est un de mes plus grands regrets de voyage de ne pas avoir pu visiter ce lieu.

Profitez donc de votre passage près du Klementinum pour prendre des places pour le visiter, ou pourquoi pas réserver des places pour assister à un concert dans sa chapelle des glaces?

Le Klementinum est un complexe de plusieurs bâtiments, et abrite une bibliothèque réputée pour être une des plus belle du monde. Sachez toutefois que pour des raisons assez évidentes de conservation du lieu, il n’est pas possible de rentrer dans la pièce. On admire la bibliothèque du Klementinum depuis sa porte. Un peu frustrant, mais au moins cette perle est protégée de l’usure et des dégradations des hordes de touristes.

Chapelle du Klementinum

Chapelle du Klementinum

 

La Place de la vieille ville et l’horloge astronomique

La place de la vieille-ville (Staroměstské náměstí) est à elle seule un musée à ciel ouvert. Si aucun bâtiment ne dénote face à la beauté de l’endroit, on note tout de même quelques façades qui sortent du lot : la maison de la renaissance, les deux églises (Notre-Dame du Týn et Saint-Nicolas), et bien sur l’hôtel de ville dont la tour affiche la célèbre horloge astronomique.

J’ai eu la chance d’arriver sur la place peu avant une heure fixe et j’ai donc patienté quelques minutes au pied de la célèbre horloge astronomique afin de la voir s’animer.

Dès que sonne l’heure, c’est un véritable balais mécanique qui se met en place. Certains personnages s’animent, d’autre apparaissent, on ne sait plus très bien ou regarder.

L’horloge date tout de même de 1410, quand on voit la complexité de la mécanique, on ne peut qu’être admiratif face à la réalisation. La légende raconte d’ailleurs qu’après sa construction, on aurait crevé les yeux de son concepteur pour l’empêcher de reproduire son chef d’œuvre.

Si vous ratez la sonnerie, rien que la façade de l’horloge vaut le détour avec son affichage aussi complexe que magnifique.

 

Prague, place de la vielle ville

 

Prague, place de la vielle ville

 

Prague, place de la vielle ville

 

Cadrant de l'horloge astronomique de Prague
Cadrant de l'horloge astronomique de Prague

 

La Maison Municipale

Si l’heure de manger approche, je vous invite à continuer votre promenade vers la Maison Municipale (Obecní dům). La Maison municipale est un complexe de style Art Nouveau (certaines salles ont d’ailleurs été décorées par Mucha), rassemblant plusieurs structures: salles de concerts, expositions, plusieurs restaurants et bars et même un dancing au sous-sol.

Je suis allée manger au restaurant Kavárna Obecní dům. Le restaurant propose une superbe salle Art Nouveau, et il est possible d’y manger pour un prix raisonnable. Comptez entre 8 et 10€ pour un plat. Et même si on vient clairement pour le cadre, la cuisine reste bonne.

Mention spéciale au chariot de dessert qui parcourt la salle avec des pâtisseries dont juste l’aspect vous fera saliver. Je vous avoue qu’appeler ce maitre des desserts pour faire un choix à été une petite joie.

J’ai apprécié voyager au début du siècle dernier le temps d’un repas. Il faut dire que L’Art Nouveau est un style qui invite facilement au rêve.

 

 

 

Le Pont Charles

Pour continuer je vous propose une promenade digestive : direction le pont Charles. Un bon prétexte pour parcourir les petites rues de la vieille ville, n’hésitez d’ailleurs pas à vous perdre et faire quelques détours.

Le pont Charles (Karlův most) est définitivement un incontournable de Prague. Avec ses trente statues, et entouré de deux tours gothiques, le pont est un véritable emblème de la ville. Il apparait d’ailleurs sur les pièces de 50 couronnes.

Le pont Charles m’a laissé une impression étrange: j’ai été émerveillée par la structure que je traversais, mais en même temps, il est un peu victime de son succès, et la marée de touriste qui accompagne votre traversée gâche un peu l’expérience.

En milieu de traversée, prenez le temps de lever les yeux et d’admirer la vue sur le château de l’autre coté de la Vltava. (en début de soirée avec les éclairage, c’est encore mieux ! )

Vous aussi vous avez un gout amer laissé par la foule compacte du pont? Tournez à droite après votre traversée et remontez en restant le plus possible proche de la rivière. Vous finirez par arriver sur un petit espace dégagé et une pente douce qui permet d’atteindre le bord de l’eau avec une vue imprenable sur le pont !

Honnêtement, j’ai trouvé ce spot par hasard en m’étant à moitié perdue après avoir pris un métro dans le coin… Mais qu’est ce que ça en valait la peine !

 

Vue sur le pont Charles

 

Vue depuis le pont Charles

 

Vue sur le pont Charles

 

De l’autre coté de la Vltava

Malá Strana

Avec votre traversée du pont, vous avez fini le tour de la vieille ville. Ce coté-ci de la vltava est un autre quartier: Malá Strana. Si Malá Strana est plus petit que la vieille ville, il n’en est pas moins intéressant et comporte autant, si pas plus de point d’exceptions. Je vous invite donc à vous promener de ce coté de la rivière. Les noms des bâtiments que vous croiserez sont un peu moins connus que l’horloge ou le pont Charles, ils valent cependant le déplacement. Ici, vous croiserez une série de petits palais, dont aujourd’hui la plupart sont transformés en ambassades ou encore une autre église Saint-Nicolas dont la façade est selon moi tout aussi marquante que celle de la vieille ville.

 

Rue de Prague
Vue sur l'église Saint-Nicolas

 

Le Mur Lennon

Au détour d’une rue vous tombez nez à nez devant un mur couvert de graffitis, il s’agit du mur Lennon, ou mur John Jennon.

Le mur a commencé à recueillir ses messages sous formes de street-art depuis les années 80, alors que la République Tchèque faisait toujours partie du bloc soviétique. Malgré les efforts de la police pour conserver ce mur blanc, la jeunesse Praguoise se chargeait de le recouvrir inlassablement de messages de paix et de poèmes. Cette façade est ainsi devenue un véritable symbole politique pour les opposants au régime.

Aujourd’hui l’œuvre continue d’évoluer, et propose un beau témoignage d’art urbain transmettant des messages de tolérance et de paix.

 

Prague, mur Lennon

 

Prague, mur Lennon

 

Prague, mur Lennon

La colline de Pétrin

En vous enfonçant plus en avant dans Malá Strana, vous devriez arriver au pied de la colline de Petrin. Pour les plus courageux, ou ceux qui ont envie de se réchauffer un peu, l’ascension présente un petit dénivelé de 130 mètres et se fait en une demi-heure ( et l’effort réchauffe bien dans le froid hivernal ).

Pour ceux qui préfèrent la voie alternative, un funiculaire permet de rallier le sommet à moindre effort.

La colline est couverte de parc et c’est une véritable bouffée de vert dans la ville. Au sommet vous trouverez plusieurs structures.

Le sommet de la colline arbitre, entre-autre une tour: la tour de Pétrin. Construite quelques années avant la tour Eiffel, elle a une silhouette comparable. Et si la tour de Petrin est bien plus petite, sa situation au sommet de la colline lui permet de malicieusement compenser et atteindre la même altitude.

Sachant que dans mon aventure du mont Petrin, j’ai un peu joué malchance. On pourrait dire que j’ai été dans le pétrin à Pétrin. ( et je m’offre à cette occasion le prix du pire jeu de mots)

J’ai commencé mon ascension vers le sommet de la colline en fin d’après-midi, alors que le jour commençait à décliner. Mon but était d’arriver au sommet au crépuscule et pouvoir profiter de la vue sur la ville depuis le sommet de la tour. Le plan par-fait.

Pourtant je ne suis jamais montée sur la tour.

Je suis bien arrivée durant les heures d’ouverture, ça n’était pas un jour férié, il y avait bien une dame au guichet, j’avais de quoi acheter mon billet…

Je n’avais juste pas prévu que sur les trente minutes pour monter la colline, un brouillard à couper au couteau se répandrait sur la ville. Du coup ça ne valait absolument pas la peine de monter sur la tour, comme nous l’a gentiment expliqué la dame au guichet, sans la vue, la visite ne valait pas le coup.

Évidement le temps de retourner vers le labyrinthe (il y a un labyrinthe à Pétrin), ce dernier avait fermé. Et donc oui, je suis montée sur la colline pour rien.

Du coup, j’ai pris le funiculaire pour descendre, histoire d’avoir au moins fait quelque chose.

Et donc je ne peux pas vraiment vous offrir de témoignage ni d’avis sur cette colline… à part que pour monter ça grimpe, et ça donne bien chaud.

 

Petrin

 

Tour de Petrin
Mont Petrin

 

Funiculaire de Petrin

 

Le château de Prague

Sur les hauteurs de de la ville, surplombant le pont Charles et le quartier de Malá Strana, se trouve le Château de Prague (Pražský hrad). Le château de Prague est en réalité un quartier complet de la ville, se trouvant dans la zone fortifiée de la colline l’abritant.

Si une partie du château est en accès libre, pour visiter les bâtiments les plus représentatifs il vous faudra un billet. Vous pouvez acheter ce dernier directement au château.

Comptez une bonne demi-journée pour la visite.

 

Vue sur la cathédrale

La cathédrale Saint-Guy

Le quartier du château comporte plusieurs bâtiments remarquables dont certains sont en accès payant. Parmi ceux-ci, se trouve l’immanquable cathédrale Saint-Guy (ceci étant le nom abrégé, le nom complet est : Cathédrale Saint-Guy, Saint Venceslas et Saint-Adalbert ). L’édifice surplombe le reste du château, et attire l’œil avec son style baroque dont les nombreux pinacles séparent sa silhouette du ciel dans une subtile dentelle.

Est-ce que ça vaut le coup de prendre un ticket pour la visiter?

Oui !

(enfin sauf en cas d’allergie grave aux voutes, ogives, et vitraux).

L’intérieur est à la hauteur de la façade, avec de superbes voutes qui culminent à 33 mètres, mais surtout… les vitraux !

Toute une série des vitraux de la cathédrale Saint-Guy ont été réalisés par Alphonse Mucha. Alors, oui, je suis un peu une fangirl de Mucha, mais franchement les couleurs de l’œuvre avec la lumière qui les traverse sont juste à tomber.

À noter aussi la chapelle de Saint-Venceslas avec son tombeau et ses murs couverts de peintures.

Mais aussi le tombeau en argent de saint Jean Népomucène assez impressionnant.

En sortant, jetez un dernier regarde sur la silhouette du bâtiment, mais aussi aux façades de ses chapelles.

 

 

Chapelle d'Or
Prague, cathédrale Saint-Guy

 

Prague, cathédrale Saint-Guy

 

Plafond de la cathédrale Saint-Guy
Prague, cathédrale Saint-Guy

 

Un des vitraux réalisépar Mucha

 

Rosace de la cathédrale Saint-Guy
Tombeau en argent

 

Le château et la Salle Vladislav

Il est possible de visiter l’ancien château. La visite assez classique, on parcourt les anciennes salle en se faisant une idée de ce qu’à pu être la vie dans cet édifice…

Et puis on arrive dans le vrai trésor du bâtiment: la salle Vladislav avec son superbe plafond vouté.

Il n’y a en fait pas grand choses à en dire, cette salle est juste superbe.

 

Château de Prague, Salle Vladislav

 

Château de Prague, Salle Vladislav
Château de Prague, Salle Vladislav

 

La ruelle d’Or

Un peu plus loin, se trouve la ruelle d’Or. Il s’agit d’une petite rue bordée d’anciennes habitations, qui se trouvaient donc à l’intérieur de l’enceinte du château, ce qui est plutôt rare.

Aujourd’hui les maisonnettes ont été transformées, soit en boutiques, soit en petits musées : elle se visitent et présentent une reconstitution de ce à quoi elles devaient ressembler lorsqu’elles étaient habitées.

Personnelle je n’ai pas trouvé cette partie de la visite du château la plus intéressante, mais comme l’accès à la ruelle était compris dans le prix, autant y faire un tour !

C’est mignon, propret, mais fort touristique.

Avant de quitter le château n’oubliez pas d’aller profiter du panorama sur la ville. Enfin, si vous êtes du coté de la cours à une heure fixe, sachez qu’il y a une relève de la garde, la version en fanfare étant à midi pile. (je me suis contentée d’une petite relève intermédiaire)

 

 

 

 

Le quartier Juif

Le dernier quartier de cette découverte de Prague est le quartier juif. Et croyez-moi, il vaut le détour !

Premier conseil, ne faite pas comme le boulet que je suis: ça n’est pas la peine d’y aller un samedi. Pour rappel dans le judaïsme, le samedi c’est chabbat, tout est fermé.

Sinon tout les autres jours, n’hésitez vraiment pas à aller y consacrer un peu de temps.

Pour visiter les monuments les plus représentatifs du quartier, il faudra acheter un ticket pour le “musée juif”. Le musée juif regroupe en réalité plusieurs synagogues et galeries, et bien sur le célèbre cimetière juif.

 

Le quartier juif un samedi

 

Le cimetière juif

Pour moi la première étape était le cimetière juif. J’aime beaucoup visiter les cimetières, ce sont des lieux à part, avec des ambiances très particulières, et dans lesquels ont trouve de vraies pépites à découvrir.

Le cimetière juif fait partie de ces lieux qui dégagent une étrangeté fascinante. Un de ces endroits dont l’aspect unique vous emmène le temps de votre visite dans un autre univers, un autre temps.

 

 

 

 

 

L’accès au cimetière se fait par la synagogue Pinkas. Une ancienne synagogue aujourd’hui transformée en mémorial de l’Holocaust. À l’intérieur, les murs blancs sont recouverts des noms des juifs déportés.

Je ne pense pas pouvoir trouver de mots juste pour parler du mémorial. Ces murs, où s’enchainent des lignes d’identités, sont tellement lourds de sens.

 

Synagogue de Pinkas
Synagogue de Pinkas

 

Synagogue de Pinkas

 

La synagogue espagnole

La synaguoge espagnole est, avec le cimetière juif, la deuxième visite du musée juif à ne pas rater. Cette synaguoge est en effet réputée pour être une des plus belle du monde (oui, rien que ça).

Le bâtiment est un superbe témoignage d’architecture hispano-mauresque, et l’intérieur est un enchantement pour les yeux, peu importe où se pose le regard.

 

Synaguoge espagnole

 

Synaguoge espagnole

 

Synaguoge espagnole
Synaguoge espagnole

 

Bien évidement il y a d’autres bâtiments qui font partie du musée juif. Vous recevrez un petit récapitulatif avec votre entrée. J’ai fait ici le choix de présenter les visites qui m’ont le plus marquées, mais le reste des visites n’en était pas moins intéressant !

Petite note si vous ayez rencontré des représentations et statuettes d’un personnage humanoïde aux traits simples dans les boutiques pour touristes. Il s’agit du Golem, cet être mythologique fait d’argile créé pour défendre son créateur. La légende du golem vient de Prague, c’est dans les murs de cette ville dit-on que le rabbi Loew aurait donné vie à cette créature.

 

Fêter le réveillon du nouvel an à Prague

Si Prague est une ville qui se visite très bien en hiver, venir au moment du réveillon peut aussi être une bonne idée.

Prague se vante d’être une destination idéale pour passer la soirée de la Saint-Sylvestre, et effectivement son catalogue de possibilités est assez vaste, à condition de s’y prendre suffisamment tôt…

En effet, si vous envisager de fêter le réveillon à Prague, sachez que vous n’êtes pas les seuls à avoir cette idée. (loin de là même)

Alors autant mettre les choses au clair:

– Oui il va y avoir un peu de monde dans les rues (surtout les 31 décembre et 1er janvier). L’année où j’y suis allée le réveillon tombait un samedi, il y a eu beaucoup de monde samedi et dimanche, par contre dès le lundi suivant c’était beaucoup plus calme et j’ai pu profiter du château et du quartier juif tranquillement. À vous donc de voir comment organiser votre séjour en fonction des dates.

– Pour votre soirée de réveillon il va falloir réserver tôt (c’est à dire pas comme moi…). Je m’y suis prise beaucoup trop tard, mais même si j’ai du renoncer à pas mal d’évènements qui avaient l’air sympas, j’ai atterri dans un chouette restaurant ou j’ai très bien mangé pour un budget raisonnable. Et j’ai pu sortir suffisamment tôt pour profiter de l’ambiance de la ville lors du changement d’année.

 

Sapin sur la place de la vielle ville de Prague

 

Ceci étant dit, il ne vous reste qu’à choisir votre activité pour le soir de la Saint-Sylvestre.

  • Une croisière sur la Vltava ? Plutôt Jazz ? Techno ? Classique ?
  • Un diner à la maison municipale ?
  • Une soirée dans une des nombreuses brasseries à thème ?
  • Un concert classique ou un opéra ?
  • La tournée des bars (et des bières) ?

Plusieurs sites proposent des catalogues des différentes solutions, comme par exemple le site avantgarde-prague.fr, où j’ai trouvé pas mal de suggestions (toutes complètes vu que je suis un boulet de l’organisation, je le redis: il faut s’y prendre tôt !).

Enfin, sachez qu’à minuit, être dans les rues est toute une aventure: Les Tchèques aiment les feux d’artifices. Peut-être un peu trop d’ailleurs… car si il n’y a pas de feu d’artifice officiel le soir du nouvel an, la tradition veut que tout le monde y aille de ses petites fusées sur son coin de rue.

 

 

Restez tout de même prudent : alcool et pétards ne sont définitivement pas un cocktail conseillé. Mais en gardant un peu d’attention et de distance par rapport aux lancements de ces fusées sauvages, le spectacle vaut le coup. 🙂

Pour en profiter un maximum, rendez-vous du coté de la Vltava.

Si vous préférez les feux d’artifices officiels (et plus sécurisés, on peut vous comprendre), rendez-vous le lendemain en tout début de soirée. La ville organise un feu d’artifice sur la colline de Letná. De nouveau un bon point de vue est la Vltava. Attention toutefois au pont Charles, qui est littéralement pris d’assaut. Pour ma part, une épaisse brume enveloppais la ville et le feu d’artifice s’est limité à des lueurs diffuses. Pas de chance.

 

Infos pratiques

 

  • Il fait très froid à Prague en hiver, pensez à vous habiller en conséquence. Surtout que la ville gagne à être parcourue à pied tant elle est jolie.
  • Gardez aussi en tête que les journées sont courtes ! Bonne nouvelle pour les photographes car les “golden hours” s’étirent fortement. Mais pour les visites extérieures sachez que dès le milieu d’après midi le jour décline et vous risquez de finir dans le noir. (fin décembre/début janvier, le soleil se couche vers 16h00
  • Pour rallier des points trop éloignés, le métro fonctionne trèstrès bien, et est très clair. Le tramway par contre, je n’ai rien compris. (je voyais passer à des endroits des numéros de tram qui d’après le plan ne devaient pas y passer… allez comprendre quelque chose)
  • Vu que le métro est au poil et pas trop cher, pas besoin de chercher un logement dans le centre, un point de chute près d’une station c’est parfait.
  • Prague étant très touristique, l’anglais est très répandu.
  • Laisser un pourboire est une pratique répandue en République Tchèque. Comptez 10% du total, mais seulement si vous êtes satisfait du service.

 

 

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à l’épingler !

prague en hiver

Vous pourriez aimer :

Catégories : City-trip, Europe, Prague, République Tchèque et Voyage.

Comments

    • Puce

      Bonjour,

      Oui Prague est vraiment sublime en hiver !
      Janvier est le mois le plus froid… mais aussi celui où vous avez le plus de chance de voir la ville sous la neige !
      Décembre n’est pas beaucoup plus chaud, mais la période propice aux marchés de noël est plus étendue.

      Mais cette ville est tellement jolie que je pense que vous pouvez finalement y aller quand vous voulez… 😉

  1. Druez

    Blog et article très “classe”! Magnifiques photos. Bravo Aurélie! Je transmets l’adresse de ton blog à des amies “pigeons voyageurs”. Apparemment, tu as passé le virus à ta sœur!

    • Puce

      Merci Jacqueline !

      Je pense que toute la famille a le virus ! J’ai vraiment hâte que ma sœur nous raconte ses aventures !

    • Puce

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire !
      Prague est vraiment une très belle ville, je ne peux que la conseiller !

  2. Oh j’adore, c’est une destination qui me tente carrément en hiver du coup, les couleurs ont l’air si douces!
    Je tiens à dire que j’aurais jamais pensé au chabbat dans le quartier juif, grosse quiche de religion que je suis. (J’avais débarqué au Vatican un dimanche pour voir la fameuse chapelle. Le garde m’a ri au nez genre “euuh mademoiselle, on est dimanche, jour du seigneur, c’est pas possible, vous sortez d’où?” xD)
    Et alors visiter le Klementinum ce serait le top, j’imagine déjà le titre de l’article sur le blog “Clémentine au Klementinum” lol, j’aime beaucoup cette version latine de mon nom ahah
    Bref, tu m’as complètement convaincu d’aller à Prague en hiver, tous les quartiers ont l’air sympas 🙂

    • Puce

      Haha je me sens moins seule en plantage des jours de fermeture. XD
      En français l’orthographe exacte est même “Clementinum”… je dis ça, je dis rien… 😉 (J’aimais bien l’orthographe tchèque avec son “k”, ça me plaisait avoir l’occasion d’utiliser cette lettre…).
      Je suis contente que l’article t’aie plu ! En 3 jours, j’étais loin d’avoir fait tout le tour. Il y a tellement de choses à voir et à faire dans cette ville, que finalement mon article n’est qu’un petit aperçu !

      Je devais normalement faire également un article sur le musée du communisme, qui était une perle point de vue contenu et scénographie. Mais le musée a été totalement refait et à même déménagé dans l’opération, donc mes infos ne sont pas du tout à jour… 🙁
      (c’est dommage le déménagement parce qu’il était avant dans le bâtiment du casino, et ça avait autant d’allure que d’ironie 😀 )

  3. Super article ultra complet et accompagné de magnifiques photos, bravo ! J’ai eu la chance de découvrir Prague il y a 3 ans le temps d’une petite journée de transit entre deux destinations lors d’un road trip en Europe, et j’étais clairement tombée sous le charme. Mais je ne sais pas, il y a avait un petit quelque chose qui m’a tout de suite fait dire “J’aimerais beaucoup voir cette ville en hiver, sous la neige !”. J’espère avoir cette chance et ton article me conforte encore plus dans cette idée.
    Ah, et je me disais bien qu’il y avait une légende un peu glauque autour de cette horloge, mais je ne m’en souvenais plus ! Merci du rappel je passerais moins pour une idiote qui dit “ah y’a une légende mais … je m’en souviens plus !” ahahah
    A bientôt 🙂

    • Puce

      Merci pour ton retour ! 🙂
      J’ai vraiment trouvé l’ambiance hivernale magique dans la ville.
      Parfois c’est même un peu trop, on se demande si on n’est pas dans un décors artificiel tellement ça fait conte de fées…
      Quand je vois les photos de la ville en été je me dis que ça doit être très beau aussi, mais je ne sais pas cette ambiance particulière en hiver, j’en suis tombée amoureuse. 🙂
      Je te souhaite de pouvoir la découvrir dans d’aussi bonnes conditions que moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.